10 ° été du Lestamp

 

 Le Mal

aux limites des sciences sociales

 30 Juin, 1, 2 Juillet 2016

 

Colloque de sociologie au sens large, toutes sciences sociales et humaines y compris théologie et histoire de l’art sollicitées à Nantes en fin juin début juillet 2016

 

    

  Appel à communiquer

 

    au 10° ETE DU LESTAMP

 

Laboratoire d’Etudes Sociologiques des Transformations et Acculturations des Milieux Populaires

Lestamp c/o J. Deniot 25 Boulevard Van Iseghem 44000 Nantes http://www.lestamp.com

______________________________________________________

 

Le mal

 aux

limites

des sciences sociales

Nantes 30 juin 1°, 2 Juillet 2016

 

Appel à communiquer

 

 Formes datées, fulgurances événementielles, démons familiers, présences occultes, phénomène isolé ou massif le mal est toujours incarné. Il participe de la vie tout entière : biologique, mentale, sensible, sociale. Il est relatif, historique. Mais aussi, absolu, ontologique.

Biographiquement chacun se mesure à l’expérience intérieure du mal qu’il provoque ou subit. Son immanence sociale et politique toujours résurgente se manifeste en actes, en imputations, voire en simples rhétoriques de disqualification de l’adversaire. Que le mal fasse sens commun, c’est déjà la leçon de l’antique théâtre qui en sculpte les premiers chants et récitatifs et s’invente comme catharsis. En 1957, Georges Bataille publie La Littérature et le Mal. A contrario, l’art se disant « d’aujourd’hui », celui qui afficha souvent sa rupture avec toute ancienne quête de sens est-il toujours capable de se situer à l’horizon de tels questionnements ? Cela interroge l’universalité de la conscience morale alias le surmoi freudien qui ne l’est pas forcément.

 

 

Qu’en est-il des métalangages de la connaissance prétendant à l’explication vraie ou même certaine des hommes, des sociétés, des idéalités ? Raison théologique, raison philosophique dans leur histoire se sont attachées à définir les contours d’un mal radical qui pose la question toujours ravivée d’un inhumain dans l’homme. Les sciences du psychisme dès la fin du XIXème siècle vont, elles, s’attaquer au mal en le médicalisant, quitte à le ré-essentialiser par la reconnaissance de l’instinct de mort. Quels éclairages offrent-elles pour le présent ?

L’histoire et les anthropologies avaient repéré l’introjection durable de la perversion individuelle dans le corps social, quitte à invoquer parfois un fonctionnalisme récupérateur (le crime de Durkheim). On connaît les études réalistes du familialisme amoral, des mafias, du mal sorcier, voire, a minima, la reconnaissance de l’anomie. L’audace véritable, outre la psychologie des masses, c’est le pervers de Freud et pire au-delà de l’ambivalence, l’anormalité humaine (Devereux), irréductible à l’alibi des rapports sociaux ! C’est une anthropologie chrétienne difficile à refouler, qui en-deçà du sacrifice, théorise la victime émissaire comme issue assassine de la crise mimétique.

 

 

A l’inverse les sciences sociales instituées fuient « ce point de désolation » (Arendt) se réfugiant dans un relativisme des représentations, des mœurs, des conflits interprétatifs en matière de valeurs. Sous le masque de la neutralité axiologique, toute problématique soucieuse d’une légitimité scientifique serait délivrée des dérives d’une conception du mal. Mais aucune recherche sur le registre de l’humain n’échappe à l’éthique de conviction. Ironie du sort, bien qu’enfermées dans un nominalisme du Mal qui barre tout accès à l’examen de ses réalités, la Gauche mondialisée et sa servante la sociologie, avant-gardes du déni, se meuvent dans l’évidence du Bien : le progrès, l’évolution, l’égalité, la sécularisation, l’émancipation, l’identité de genre, les minorités, l’Europe, la révolution…

  La Liste est modulable et profile l’impensé d’un Mal, cet Autre du sociologue, ou plus largement d’une hyper-modernité : tout ce qui touche à l’ambivalence singulière de l’humain, son style, son authenticité à l’œuvre dans ses paroles et ses actes. C’est aussi l’étrange conversion de thèmes cruciaux en objets indécents : Le FN, pire le vote ouvrier FN, le sens commun, le peuple, la beauté, l’aléa, les polices du Verbe, le réel, les spécificités masculines, féminines en tous genres, la danse de l’inné et de l’acquis, pire l’inégalité naturelle des dons, la création, le tragique, l’idolâtrie de la technique et de l’innovation, la dérive méthodologue des sciences de l’homme et de la société etc. Plus grave que la désignation de la sociologie comme culture de l’excuse, le fait qu’elle-même limite ses frontières de compréhensions légitimes, le fait qu’elle-même se montre gourmande d’autocensure.

Et comment éluder l’heuristique des pensées radicalement adverses, les métamorphoses sociétales du nihilisme, la dite Guerre des civilisations, the culture of evil, (Robert R. Reilly) l’inversion du mal en bien dans la sociétalité mondialisée…

 ___________________________

 

 Propositions non exclusives de thématiques :

 

-La fin de la morale dans la philosophie ?

-L’art et le mal des classicismes aux formes contemporaines

-Les approches psychanalytiques du Mal

-Définitions et catégorisations (théologiques, philosophiques, juridiques…) du Mal

-Satan et satanismes, une débordante résurgence

-L’actualité du mal et son déni

-Un prophétisme d’écrivains et d’artistes relayant l’autocensure des sciences sociales

-La substitution du moralisme à la morale et à la politique au XXI° Siècle

-Les démons du bien ou l’ambivalence des militantismes « anti »

– La banalisation du lynchage médiatique

– La radicalité – impensée ?- du 31 décembre 2015 en Allemagne

-Le champ lexical du mal au regard des perceptions sociales actuelles

-La soumission à l’ordre du jour ?

– Des marqueurs « sociologiques » du mal ? Criminalité, terrorisme, « mensonge déconcertant » des formes brutales ou douces de totalitarisme etc.

– La perversion

 

Pour communiquer

Envoyer les propositions avec un titre une présentation autour de mille signes, une brève auto-présentation et références éditées de l’auteur à joelle.deniot@wanadoo.fret jacky.reault@wanadoo.fr .

 

Les conférence de 25 minutes se déroulent exclusivement en séances plénières. Cela signifie un numerus clausus des participants. Il convient donc d’envoyer au plus tôt les propositions qui seront sélectionnées en tenant compte, pour trancher, de l’ordre d’envoi.

La clôture de la programmation sera annoncée sur l’index de ce site et sur cet appel à communiquer..

Entrée libre aux séances du colloque qui a lieu en centre ville.

 

____________________________________

 

 

 

le Mal

 

Aux limites des

sciences sociales

 

Sur le thème le plus problématique, le plus tabou, de l’époque de la mondialisation sans sujet (Kaos), et chaque jour le plus approprié,

après “Dieu”, lors de l’Eté 2015.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *